L’Histoire ne repasse pas les plats !


Aujourd’hui, je vous propose de m’accompagner au travers d’un voyage dans l’Histoire, qui a pour objectif d’aider à redonner de la compréhension et du sens à votre vie.

Cet article fait directement suite à mon article sur la Surconsommation.


Le Capital, centre de l’univers

Mais avant de rentrer dans le détail, deux points importants doivent être constamment gardés à l’esprit :

  • Tout objet nécessite d’être produit,
  • Tout objet sera acquis par une personne.

Toute l’histoire de l’Humanité pourrait être résumée par ces deux points et le monde dans lequel nous vivons découle de ces deux évidences (axiomes).

La société que nous connaissons n’est pas apparue du jour au lendemain. De mémoire d’Homme, nous avons toujours eu besoin de produire et d’échanger des choses.

Pourquoi cela à votre avis?

Eh bien, parce que sur notre planète toutes les ressources ne sont pas uniformément disponibles partout. De là est né le principe d’échange par le troc ; la comptabilité pour tenir à jour les stocks et monnaie pour faciliter les échanges. Toutes ces notions ont fait évoluer les méthodes d’échange et de production de ressources.

Une fois une étape franchie, un saut qualitatif atteint, il n’y a pas de retour en arrière car la vraie Histoire, celle du point de vue du capital, ne repasse jamais les plats !


Le capital est organisé par la société

Dès lors, il a fallu encadrer la production et la répartition des richesses.

Ainsi, des Hommes prirent l’ascendant sur d’autres Hommes pour produire, organiser et répartir la gestion des objets, ce qui créa la Société.

Partout sur notre terre, cette organisation, a pris la forme classique d’une répartition en trois ordres :

  • Ceux qui prient (Oratores),

  • Ceux qui combattent (Bellatores),

  • Ceux qui travaillent (Laboratores).

Ce modèle de société est encore aujourd’hui le seul modèle qui régit l’ensemble de notre monde.

Par exemple, remplacez les Oratores par le duo : politiques + médias et vous constaterez que depuis la féodalité rien n’a changé.


Le capital réveille les bas instincts et fonctionne par sauts qualitatifs

La production d’objets a tendance à réveiller nos plus bas instincts tels que la cupidité et l’avidité de pouvoir qui correspond au désir d’avoir le contrôle sur d’autres personnes et sur ce qu’ils produisent.

Dès lors qu’on laisse la cupidité dictée notre conduite, l’Homme redouble d’imagination pour s’accaparer les richesses dont il n’a pas forcément l’utilité.

En parallèle, l’être humain redouble aussi d’imagination pour augmenter sa capacité de production .

Du point de vue du capital, cette évolution des capacités de production s’appelle : un saut qualitatif.


Chaque saut qualitatif démultiplie la consommation !

Cependant, et c’est là notre problème, à chaque saut qualitatif que le capital fait, la quantité de ressources (et donc d’argent) en circulation augmente !

Cela implique que nous produisions toujours plus et donc qu’il y ait toujours besoin de plus de personnes pour consommer ce qui a été produit !

Bienvenue dans la société de consommation !


La société de consommation, seul horizon d’avenir !

Désormais, nous pouvons transposer cela dans tous les aspects de notre vie.

S’il n’y pas assez de consommateurs, ce n’est pas un problème car il suffit d’en créer ! Pour cela il faut éduquer / conditionner les gens à consommer.

Bonjour : Propagande, Marketing et de manière plus globale l’Ingénierie Sociale dont les Oratores modernes (médias) sont les Troubadours ; ceux-ci, se font un malin plaisir à véhiculer grâce à la Publicité, toutes les dernières « innovations » en la matière.


Et en matière d’ingénierie, je peux vous dire que nous sommes très fort, à ce jeu-là… Cela fera d’ailleurs l’objet d’un article dédié !

En attendant, rappelez-vous que ce drame en apparence, n’est pas une fatalité et que des solutions existent !

En effet, n’oubliez pas qu’au travers du site Madame Décroissance vous trouverez différentes clés de compréhension, qui vous aideront à redonner du sens à votre Vie et à notre Monde !

De plus, n’hésitez pas à me faire part de vos questions en commentaires !

À très vite 😀


Je vous remercie d’avoir lu mon article. Si vous aimez mon travail …

Rejoignez-moi et Partagez-le !

« Seuls, nous pouvons faire si peu ; ensemble, nous pouvons faire beaucoup »

Helen Keller


Et parce que la décroissance est aussi une affaire de couple chez moi, cet article a été coécrit avec mon mari Monsieur Cynique.



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Social media & sharing icons powered by UltimatelySocial